Le sommet qui cache la montagne au Musée d'histoire des sciences, Genève

Thumbnail

Event details

Date 06.04.2022 26.02.2023  
Speaker Laboratoire d’Histoire des sciences et des techniques (LHST)Olga CafieroPascale FavreJoell Nicolas
Location
Musée d'histoire des sciences, Genève
Category Exhibitions
Event Language French, English, German

Dans le cadre de l'exposition temporaire "La montagne, laboratoire des savants" au Musée d'histoire des sciences de Genève, la Laboratoire d'histoire des sciences et des techniques est heureux de vous annoncer la prolongation de son exposition "Le sommet qui cache la montagne" dans une salle dédiée de la Villa Bartholoni. Un espace scénographié par le MHS où figurent pour la première fois des originaux de Pascale Favre et Olga Cafiero, ainsi que la réplique du baromètre de Deluc emportée sur le sommet du mont Buet. Vous pourrez également y écouter la pièce sonore de Joell Nicolas.

Description de l'exposition "La montagne, laboratoire des savants" du Musée d'histoire des sciences de Genève :

Qu’est-ce qui attire un savant dans l’univers particulier de la montagne ? Pourquoi tenter l’ascension des plus hauts sommets lorsqu’on est scientifique ? Quelles mesures et expériences y faire ? 

L’exposition explore le lien, tissé depuis le 18e siècle particulièrement depuis Genève, entre la montagne et l’humain, pour mieux appréhender et comprendre les mécanismes qui régissent notre monde.

Cet apprivoisement d’un monde hostile et dangereux s’est fait à partir d’observations, de récits de pionniers au 17e siècle déjà, mais c’est le Siècle des Lumières qui ouvre grandes les portes à l’exploration des « glaciaires » et de la haute altitude et plus particulièrement du sommet européen le plus élevé, le Mont-Blanc. L’univers des montagnes devient à la mode. Chacun s’attache à collectionner roches, cristaux et autres curiosités, voire à tenter de mettre ses pas dans ceux du savant Horace Bénédict de Saussure, oubliant parfois son propos scientifique pour se centrer sur l’exploit sportif. Les mesures effectuées s’installent comme des classiques des sciences et contribuent à proposer des modèles explicatifs de différents phénomènes, de l’étude du plissement des montagnes à la compréhension de la physique de l’atmosphère. Cette aventure vieille de plus de 2 siècles perdure aujourd’hui encore, l’écosystème alpin restant un précieux laboratoire pour appréhender les dérèglements climatiques.